La revue sur internet - Gros œuvre, Second œuvre, béton, voirie, espaces verts

 

 

DÉCOUVERTE…

Le verre cellulaire… quelques bulles de plus !

Le verre cellulaire Foamglas est le seul isolant thermique bénéficiant d’une Garantie Thermique dans le temps. Présent sur le marché depuis près de 80 ans, il a prouvé ses qualités au travers de nombreuses références grâce à ses propriétés spécifiques (imputrescible, écologique, incombustible).

 

Recyclage du verre destiné à la fabrication du verre cellulaire Foamglas

Le verre cellulaire Foamglas est un matériau isolant rigide, minéral à 100 % composé de verre recyclé à plus de 66 % et constitué de bulles de verre étanches et hermétiques qui lui confèrent un pouvoir isolant élevé et constant dans le temps. Mis en oeuvre pour durer la vie du bâtiment, recyclable à l’infini, très bien placé en terme d’utilisation des ressources naturelles et d’émission des polluants, Foamglas est parfaitement en phase avec le développement durable et les cibles de la Haute Qualité Environnementale actuels.

Les matières premières utilisées pour la fabrication du Foamglas sont de nature exclusivement minérale et inoffensive pour l’environnement. La matière première principale se compose de verre recyclé provenant de vitres de voiture ou de vitrages de fenêtres défectueuses. D’autres matières 100% minérales (sable, dolomite, calcaire) entrent également dans la formulation du matériau.

Lors du processus de fabrication, verre recyclé, feldspath, carbonate de sodium, oxyde de fer, oxyde de manganèse, sulfate de sodium et nitrate de sodium, sont dosés et placés dans un four de fusion porté à 1250°C. L’ensemble du procès est contrôlé tout au long de la fabrication. Le verre fondu obtenu est refroidi puis transporté, via un tapis roulant, dans un tambour à billes où il va être mélangé avec une petite quantité de carbone qui lui confèrera sa couleur noire finale. Là, les éléments sont broyés jusqu’à l’obtention d’une poudre très fine déversée dans des moules en acier inoxydable. Les moules passent  dans un four de moussage à une température de 850°C qui va transformer la poudre de verre en mousse et provoquer la création de la structure typique de cellules hermétiquement fermées. On obtient ainsi une structure de matériau caractérisée par de fines parois de cellules de verre, qui resteront en place grâce à un processus de refroidissement contrôlé, et qui garantiront une totale étanchéité à l'air et à l'humidité. Cet agglomérat de millions de cellules de verre minuscules, hermétiquement closes, profère au matériau une structure extrêmement résistante à la pression, étanche et très isolante. Placé dans un four de recuit contrôlé, le verre cellulaire est refroidi sans contraintes de tensions avant d’être amené dans la machine de coupe et d’ajustage où les blocs sont mis en forme et découpés dans leur épaisseur définitive. Toute la matière et les chutes issues du découpage retournant dans le processus de fabrication. Il ne reste plus qu’à regrouper les plaques pour le conditionnement. En raison de l'optimalisation du processus lors de la fabrication, et de l'emploi de l'énergie hydraulique et éolienne, le produit est bien coté au niveau des indicateurs écologiques qui s'appuient notamment sur les faibles émissions dans l'atmosphère, sur l'énergie et sur l'emploi de ressources naturelles avec ces dernières années des améliorations significatives de tous les indicateurs écologiques. La demande en énergie non-renouvelable a été réduite à 20,0 MJ/kg (voir EPB/IBU – juin 2014) Les émissions de gaz à effet de serre (CO2 et ozone) ont diminué de moitié pour atteindre : 1,3 kg CO2-eq 4,18.10-10 kg CFC11-eq, et l’évolution de la pollution environnementale (UBP13) a été réduite de 1619 à 1050 points (étude KBOB 2014).

Le verre, issu du recyclage, est broyé et additivé

Le verre est fondé dans un four à fusion à 1250°C

L'extrême longévité du verre cellulaire

est un atout majeur

Les moules passent dans un four de moussage à une température de 850° C qui va transformer la poudre de verre en mousse et provoquer la création de la structure typique de cellules hermétiquement fermées

Aujourd’hui, les systèmes Foamglas (lambda 0,038) sont déclinés pour toutes les parois du bâtiment, qu’elles soient horizontales ou verticales, qu’elles fassent l’objet d’une isolation par l’intérieur ou par l’extérieur. La dégradation des isolants thermiques en façade coûte cher aux maîtres d’ouvrage.

Les diminutions de la qualité des isolants (tassements, effritements, prises d’humidité, condensations) en façade engendrent d’importantes pertes énergétiques. Les propriétés spécifiques de Foamglas fiabilisent efficacement et durablement les performances thermiques de la façade, faisant ainsi partie des qualités économiques et écologiques de l’ouvrage. Elles permettent même, en façade chaude, de gagner de l’espace par rapport à des solutions autres (utilisant également un isolant incombustible) en minimisant l’épaisseur de la paroi verticale. Toutes les propriétés du Foamglas permettent de garantir une performance thermique durable. En effet, la durée d'utilisation potentielle de l'isolation correspond à celle du bâtiment. Étanche à l’eau puisque constitué de verre pur, le matériau n’absorbe pas l’humidité et ne gonfle pas. Il protège parfaitement la paroi verticale des entrées d’humidité en provenance de l’extérieur. Il ne prend pas non plus d’humidité par capillarité. Même en milieu humide il permet d’éviter tout phénomène de condensation dans la paroi. Imputrescible, il résiste aux agents nuisibles et surtout aux insectes et aux rongeurs, car il s’agit d’un matériau inorganique. Par conséquent, c’est une isolation sans risque, surtout au niveau du sol et sous terre. Pas de terrain favorable à l’installation, la multiplication ou le développement de rongeurs, vermine et microbes. Incompressible, Foamglas ne se déforme pas, même avec une charge à long terme, il peut donc être utilisé sans risque comme isolation thermique de parking ou zone de stockage. Incombustible, il s’agit d’un matériau de construction de classe A1 selon la norme EN 13501 qui élimine tous les risques de propagation du feu en cas d’incendie (effet de cheminée) dans l’espace de ventilation de la façade.

Constitué de cellules de verre hermétiques il ne peut pas s’humidifier et assume en même temps la fonction de pare-vapeur. Une valeur d’isolation thermique constante est garantie pendant des dizaines d’années. Il empêche aussi le passage du radon. En outre, le verre ne se dilate pas et ne se contracte pas ce qui évite le tassement ou le gonflement de l’isolant grâce à un faible coefficient de dilatation, proche de ceux de l’acier et du béton. Inerte face aux solvants organiques et aux acides il peut être utilisé dans des lieux aux atmosphères agressives. Facile à travailler et à découper dans n’importe quel format, au moyen d’outils très simples, comme une lame de scie, Foamglas est également écologique. Il ne contient ni produits d’ignifugation ni gaz nocifs pour l’homme et l’environnement puisque classé A+ (aucune émission de polluants volatiles, décret du 19/04/2011) et bénéficie du Label de Qualité Natureplus.

Recyclable à l’infini

Étanche à l’eau puisque constitué de verre pur, le matériau n’absorbe pas l’humidité et ne gonfle pas

La fondation Louis Vuitton, Paris 16e. Isolation des sols et des murs par l'extérieur ainsi que des toitures en verre cellulaire.

Un recyclage judicieux du verre cellulaire, lors de la déconstruction éventuelle d’un bâtiment, consiste à le réutiliser comme sous-couche pour les routes et autoroutes, ou en matière de remplissage pour les écrans anti-bruits. Dimensionnellement stable, neutre pour l’environnement, inorganique, imputrescible et sans risque pour la nappe phréatique, le produit convient parfaitement à ce type d’usage. Il peut aussi être réutilisé comme isolation en vrac, en conservant certaines de ses qualités.

Actualité

Produits

Matériel

Espaces Verts

Aménagement

Chantiers

Béton

Reportages

A Lire

Dossiers

Formation

Matériel de chantier

Prise en main