La revue sur internet - Gros œuvre, Second œuvre, béton, voirie, espaces verts

 

 

 Autriche

Un nouveau toit pour le cloître de Persenbeug

Le cloître Persenbeug, édifié sous l'ère des Habsbourg, défie le temps. En 70 ans, l’édifice historique, situé en Basse-Autriche, a pourtant subi des dommages, nécessitant une rénovation complète de sa toiture, sans pour autant modifier son aspect extérieur. Ce défi a été parfaitement relevé grâce aux tuiles plates du fabricant Erlus. Au niveau des croupes, des pignons ou des petites lucarnes, des milliers de pare-neige au maillage strict confèrent un certain cachet à l’imposante toiture.

Nouvelle couverture : Les tuiles plates du cloître Persenbeug offrent un jeu de couleurs changeant selon les conditions météorologiques.

Avant la pose de la première tuile sur le toit du cloître, le couvreur a méticuleusement positionné au sol les différents motifs dans la cour du cloître. « Le maître d'ouvrage a ainsi pu avoir un aperçu des différents agencements possibles, explique Wilhelm Böhm jr., gérant de l'entreprise spécialisée éponyme à Ottenschlag. Le toit devait impérativement conserver son aspect originel. L’ancienne toiture nous a donc servi de modèle. »

Une rénovation fidèle à l'original

 

Cet effort d’agencement était nécessaire, car la ville de Persenbeug est le siège historique de la noblesse des Habsbourg. Les propriétaires des biens immobiliers autour du château de Persenbeug ont eu à coeur de conserver l'aspect original des bâtiments du mieux possible. Le cloître ne déroge donc pas à la règle, même s’il est aujourd'hui utilisé depuis longtemps comme locaux d’habitations et de bureaux.

Pour tous les acteurs de ce chantier, il était hors de question de ne traiter qu'à moitié la sauvegarde de ce patrimoine historique. Le maître d'ouvrage et le couvreur voulaient sauver cette toiture régulièrement endommagée par les outrages du temps depuis plus de 70 ans. Ces dernières années, les tempêtes, la grêle et les fortes pluies n’ont pas épargné l'ancienne toiture. Une rénovation totale du toit est apparue comme la solution la plus économique. La couverture en tuiles plates ne pouvait pas simplement être échangée contre un revêtement moderne d'un rouge éclatant ou d'une autre couleur homogène. Fidèle à l’aspect original, des nuances de couleurs de différents rouges, alternativement mats ou brillants, ont été combinées de main de maître se rapprochant au plus près des couleurs de l’ancienne toiture, dont les tuiles ont vieilli pendant des décennies.

54 700 tuiles posées

 

Le maître d'oeuvre et le couvreur se mis d'accord sur un panachage de trois tuiles plates à bout rond Erlus d'une épaisseur de 15 mm. La toiture, d’une surface totale de 1 700 mètres carrés, a nécessité 28 700 tuiles plates historiques claires, 19 900 tuiles plates historiques foncées, et 6 100 tuiles plates frittées.

La charpente et les tuiles, visibles de l'intérieur, n'ont pas bénéficié d'écran souple de sous-toiture. Le maître d'ouvrage avait en effet déjà combiné une isolation avec le plafond du dernier étage. Les nouvelles voliges en épicéa sont, quant à elles, directement posées sur les chevrons.

Maillage strict : Les nouvelles tuiles plates sont combinées avec un ensemble de protections bien délimitées contre la neige. Les bordures et les gouttières évacuent ainsi l'eau sans perturbation. Photos : Erlus

Renouvellement partiel : Seuls 15 mètres linéaires de l'ancien toit ont été couverts pour protéger de la pluie le bâtiment habité.

Des tuiles plates résistantes à grêle

 

Les surfaces principales de la toiture du cloître présentent une pente à 47 degrés. Pour que les tuiles plates puissent s'accrocher solidement aux voliges, la tête de tuile dispose d'une double perforation. « Nous avons fixé une tuile plate sur trois dans la surface, et individuellement chaque tuile sur les bords du toit et les demi-croupes », constate Wilhelm Böhm. Au niveau de la croupe, les tuiles sont accrochées avec un angle de plus de 80 degrés. Enfin, la tuile faîtière Erlus n° 2, qui peut se poser à sec, convenait pour le faîte et l'arêtier. Sur le toit du cloître, elle est toutefois historiquement maçonnée.

Les tuiles employées présentent une largeur de 18 cm et une longueur de 38 cm. Leur robustesse permet désormais au nouveau toit du cloître de résister aux intempéries, notamment à des grêlons de quatre centimètres. Les tuiles Erlus sont en effet conformes à la classe 4 de protection anti-grêle.

Des pare-neige sur la toiture

 

La protection contre les glissements de neige est assurée par 6 000 pare-neige, qui couvrent le toit selon un maillage strict. Pour protéger davantage l'entrée et les noues des dépendances, 30 mètres linéaires de grilles pare-neige ont également été montées sur le nouveau toit en tuile.

Pour des raisons esthétiques, les couvreurs n'ont positionné les supports pour les grilles pare-neige qu'au niveau de la cinquième et sixième rangée de tuiles. Au niveau des gouttières, c’est une série de pare-neige reserrés qui fait office de barrière.  De nombreux points d’ancrages et de crochets à échelle ont enfin été répartis sur toute la surface pour garantir la sécurité des couvreurs lors de la pose.

Une entreprise, deux métiers

 

Pour les gouttières, les lucarnes rondes et les raccordements de cheminées, des couvertures en cuivre apportent une solution durable. Ici également, l'entreprise spécialisée Böhm a pu apporter sa compétence. Les couvreurs et les plombiers-zingueurs de l’entreprise artisanale ont pu travailler main dans la main.

L’équipe du chantier a dû faire face à une ultime difficulté. Le cloître Persenbeug, « est en effet resté habité pendant toute la durée de la rénovation », conclut Wilhelm Böhm.

Dans la zone des gouttières, où il n'y a pas de grilles pare-neige, une série de pare-neige resserrés fait office de barrière.

La charge est répartie sur l’ensemble de la structure : Le support des échelles et des points d’ancrages est fixé sur une plaque en aluminium, dont la couleur est accordée avec celle de la tuile plate en écaille.

Que de tuiles...

 

Erlus est l'une des entreprises allemandes leaders dans la fabrication de matériaux de couverture et de fumisterie. Elle possède 3 sites de production à Neufahrn, Ergoldsbach et Teistungen . Cette PME s’impose dans le domaine du conduit de fumée grâce à des systèmes innovants fonctionnant avec tous les types de combustibles et adaptés aux contraintes des maisons BBC. Dans la couverture, de nombreux prix et distinctions sont venus étayer une évolution constante dans le domaine du design : le iF Design Award pour les tuiles Linea®, Karat®, Forma® et GF XXL® et le reddot Design Award pour le modèle Karat® XXL. Première tuile autonettoyante, la tuile ERLUS Lotus® a reçu le MATERIALICA Design Award et la gamme d'architecture STUDIOLINIE ARCHI-TECTUM, le iF material Gold Awards en mars 2011. Le système Ergoldsbacher E58 SL a été salué au salon BAU 2009 avec le prix de l'innovation dans la catégorie "Prix pour produit innovant - Rénovation".

Terminaisons de la croupe et du faîte : Les tuiles faîtières Erlus N° 2 reposent ici sur un lit de mortier. Il s’agit là d’une spécificité historique du cloître, par ailleurs fréquemment demandée par les architectes des bâtiments historiques.

Fiche chantier

 

Projet : Rénovation de toiture du cloître de Persenbeug (Autriche)

Maître d’oeuvre : Les descendants et héritiers de la famille des Habsbourg

Couvreur : Wilhelm Böhm, Ottenschlag (Autriche)

Tuile utilisée : Erlus Ergoldsbacher tuile plate

Durée des travaux : Avril – Août 2013

 

Aperçu au sol avant l’installation sur le toit : En se basant sur des modèles de couvertures, le maitre d'ouvrage s'est décidé pour un mélange de trois couleurs différentes.

La tuile plate frittée en un coup d'oeil

 

Erlus produit des tuiles plates frittées (clinker) depuis 1994. La température de cuisson de ce type de tuile monte à 1200 degrés (DIN 105 partie 4), une température supérieure à la cuisson habituelle des tuiles. Après la cuisson, on obtient une structure céramique optimale ainsi qu'une grande robustesse. Le procédé implique également d'autres qualités intrinsèques et un haut niveau de qualité, qui dépasse de loin les exigences de la norme EN 1304 pour les tuiles.

Les tuiles Erlus sont conformes à la classe 4 de protection anti-grêle. D'après les essais normalisés, cela signifie que cette tuile de seulement 15 mm peut déjà résister sans aucun problème à des grêlons de 4 cm.

A partir d'une pente de 30 degrés, une double couverture est possible sans autre mesure pour renforcer l'étanchéité à la pluie. Seuls les toits d'une pente inférieure (par exemple des lucarnes avec environ 25 degrés) nécessitent une sécurité supplémentaire, si bien qu'une sous-toiture étanche à la pluie y est obligatoire.

La largeur de couverture de la tuile plate frittée de deux kilos est de 15,5 cm, 18 cm ou 20 cm. La quantité de tuiles par mètre carré varie selon le format et la pente du toit de 32 à 44 tuiles plates par mètre carré.

Pour des protections supplémentaires contre la force d'aspiration du vent, la tuile plate frittée est pourvue de deux trous pour le vissage. La tuile plate frittée peut également être fixée avec des crochets.

Erlus produit la tuile plate frittée en format standard ou spécifique, en rouge naturel ou avec de nombreuses versions colorées. Ainsi, on peut également réaliser des couvertures multicolores. La gamme de tuiles est complétée par diverses tuiles de formes spéciales.

Actualité

Produits

Matériel

Espaces Verts

Aménagement

Chantiers

Béton

Reportages

A Lire

Dossiers

Formation

Matériel de chantier

Prise en main